Le benchmark basé sur le jeu Ashes of the Singularity est arrivé hier, et il a pour lui d’être le premier vrai à gérer DX12. Du coup nombreux sont ceux qui ont fait des tests, entre DX11 et DX12, et ce sur des Radeon et des Geforce. A la vue des premiers résultats, il apparaît que les Radeon, et ce quel que soit le type de processeur AMD ou Intel, gagnent assez nettement des performances là où les Geforce en perdent, inutile de dire que ça fait jaser. Là dessus, Nvidia vient de communiquer, et on vous rappelle, ironie du sort, que le caméléon a publié les 355.60 WHQL spécifiquement dédiés à ce jeu.

 

Pour se défendre, Nvidia rappelle que le jeu est en version alpha, en accès anticipé, et que donc il ne peut représenter la qualité finale du titre, en sachant que la plupart des optimisations se font dans la toute dernière ligne droite qui mène à la commercialisation. Autre point soulevé par le gros vert, Oxide a trouvé des bugs de perfs lorsque le MSAA est activé. Et voilà une manière de dire à mots cachés qu’Oxide, un des trois studios à avoir déclaré allégeance à AMD avec Mantle, pourrait ne pas avoir spécialement fait des efforts pour les Geforce. Toujours est-il que Oxide lui-même a fait une lettre corrective où il explique la raison des contre-performances, entre autres avec le MSAA, dont souffrent les Geforce

 

Premièrement, Oxide déclare que le jeu est passé par les étapes de validation et de tests internes Nvidia, AMD et Microsoft, donc tout le monde à égalité. Surtout qu’il semble que les deux concurrents ont accès au code source depuis un an, et qu’ils ont fait chacun les changements qu’il fallait ou qu’ils jugeaient adéquat. Les soucis de MSAA proviennent essentiellement du fait que le code est quasi identique entre DX11 et DX12, ceci est plus précis que la missive du caméléon. Oxide confirme que les résultats en gros proviennent de l’immaturité des pilotes avec cette nouvelle API, et qu’en aucun cas personne a le droit de mettre en doute la partialité et la validité des scores des benchmarks.

 

Pour conclure, Oxide renvoie Nvidia à ses pilotes, puisqu’ils ont accès au code source depuis longtemps. Evidemment, cette passe d’arme est amusante, et il semble clair que ce n’est qu’un souci de drivers, on ne voit pas pourquoi une Geforce se vautrerait en DX12 justement là où elle ne devrait pas. De plus qui peut croire que cette situation sur AotS préfigure ce que seront les résultats dans d’autres tests DX12 !

 

amd nvidia ruby