apple repair program

Apple et la réparation par un tiers : ça commence à s’ouvrir ?

La firme à la pomme est un des points clivants des entreprises des nouvelles technologies. Si certains apprécient sa fiabilité et son ergonomie – autant pour ses ordinateurs que ses téléphones et tablettes, son écosystème est incroyablement fermé, rendant difficile voir impossible toute modification non approuvée par la firme. Comprenez que les tarifs appliqués pour réparation ou mise à jour matérielle ont de quoi vous faire dresser tous vos cheveux sur la tête, sans parler des interfaces maladroites lors des connexions d’iBidules sur un PC non-mac.

 

Bien sûr, le lobby applien, présent majoritairement aux États-Unis, a une défense toute faite contre ces restrictions de réparation : les enseignes tierces ne sont pas consciencieuses et peuvent compromettre l’intégrité de votre système, alors même que la firme base son image de marque sur une sécurité inébranlable. Pourtant, il n’y a pas de recrudescence de piratage ou de mauvais remplacements chez ses concurrents (il faut avouer que certaines phablettes savent très bien prendre feu toutes seules), ce serait même le contraire : l’interdiction encourage les activités louches des enseignes proposant malgré tout le service, puisque de toute manière non garantie par la maison-mère. En outre, des utilisateurs retrouvent régulièrement leurs appareils bloqués par une mise à jour apportant un contrôle plus strict du changement de leurs pièces, citons par exemple la fameuse erreur 53 sur iTunes ou iOS 11.3 qui bloquait le tactile des écrans changés en dehors d’un réparateur agréé.

 

apple repair program

 

Tout cela serait peut-être amené à changer grâce à une loi du Nebraska. Selon ses détracteurs, elle transformerait l’état en un eldorado pour hacker – un bon moment de rigolade – alors que cette dernière renforce simplement le droit à la réparation. Cela semble donc bouger en interne pour la pomme, car une présentation (datée d’avril 2018…) a fuité, qui fait mention d’un programme « Genuine Part Repair ». Si le contenu est flou, il est fait mention de plus de 3700 partenaires dans le monde, un bon début.

 

Actuellement, les techniciens Apple sont en réalité limités à de simples changements de batterie et d’écran, effectivement les parties les plus sujettes à l’usure ou la casse, mais ne couvrant de loin pas toutes les pannes réparables. Certaines se résument à un remplacement de composant sur la carte mère finalement peu coûteux, mais nécessitant des documents techniques fabricants ; ce qui pourrait être corrigé par le nouveau programme.

 

Si l’initiative de plus de liberté de réparation semble louable, la réalité est davantage en demi-teinte. Les partenaires concernés seraient principalement des grandes enseignes, et le prix d’achat des pièces détachées officielles serait équivalent au coût de la réparation en Apple Store, on sent bien l’odeur de l’attrape-nigaud. Apple, prêt à tout pour défendre son matériel ? (Source : iFixit)