epic games store logo

EPIC veut forcer Valve à changer de politique

Avec l’arrivée d’EPIC sur le marché de la plateforme dématérialisée, Valve a pris un gros coup derrière la tête. Car si on compare Valve/Steam à Origin et Uplay, c’est le seul à ne pas faire de jeux video, et donc dépendre quasiment exclusivement des revenus liés aux ventes. Les sous générés par Origin et Uplay vont à EA et Ubisoft, mais ce n’est pas avec l’activité quasi nulle de la troupe à Newell que Steam se suffit à lui-même. Seul avantage pour Steam, c’est le premier à avoir encapé ce filon, et d’être le plus gros. Du coup il pratique les prix qu’il veut, et surtout le partage 70% éditeur/développeur et 30% Valve parait bien déséquilibré. Le client Steam a beau être lardé de fonctionnalités excellentes, le pognon reste le nerf de la guerre.

 

epic games store logo

 

EPIC avec son Epic Games Store a décidé de rétribuer les éditeurs/développeurs à hauteur de 88%, lui conservant 12%. Il n’a pas fallu longtemps pour que les premiers cités basculent sur une plateforme qui les rémunère davantage. Sur des milliers de copies vendues, cela peut faire un complément de plusieurs millions de dollars par rapport à ce que Valve rétribue. Et c’est mieux dans leur poche que dans celle de Newell, l’homme par qui tout commença mais par qui tout finira. Sans entrer dans le débat de personnalité, Newell a lâché son coeur de métier pour devenir business man, faisant des promesses non tenues, bref ce n’est plus la passion qui l’anime clairement.

 

Tim Sweeney d’EPIC, qui a donc attiré des exclusivités sur son EGS pour une durée limitée mais assez longue pour remporter un max des ventes, a affirmé qu’il cesserait les exclusivités si et seulement si Valve passait sur le même modèle financier 88/12. A cette condition, plus d’autres, il reviendra sur sa politique d’exclu, et acceptera même que ses jeux soient distribués sur Valve. Le but est que tout le monde gagne la même chose. Parmi ses volontés, il veut que tout jeux acheté sur une plateforme soit disponible sur toutes les autres, que tout bonus ou DLC suive le même chemin, qu’il soit possible de jouer à ses jeux sur n’importe quelle plateforme (par exemple un jeu PC et iOS/Android, prenons Fortnite en exemple), bref il y aura une révolution culturelle à faire chez Steam. Et vu le patron aux commandes, notre petit doigt nous dit que c’est pas demain la veille !

 

gabe newell 2d