hyperx fury ssd hot cdh

Dans la série à ne pas faire : le SSD RGB ft. HyperX

Déjà présenté il y a quelques mois, le SSD licornesque de HyperX a fait sensation de par sa qualité à être plus une boule disco pour vos soirées « ambiance 80 » ou « Cloclo est de retour » qu’un SSD classique avec ses 75 LEDs embarquées afin de briller jusqu’au bout de la nuit – ou de votre piaule si vous n’aimez pas le soleil. Mais un tel modèle ne risque pas certains soucis comme trop chauffer ou trop consommer et perdre en performance pour un rien ? Déjà évoquée par Anandtech lors de leur test, la surchauffe peut devenir gênante sur l’efficacité et impacter les résultats. Mais d’autres ont eu des soucis plus compliqués avec la rage lumineuse de HyperX.

 

hyperx fury ssd hot cdh

 

En effet, JayTwoCents – un youtubeur reconnu et sérieux en matière de hardware – n’a tout simplement pas pu boot son système après une mise à jour pour la simple et bonne raison que lors d’un redémarrage après mise à jour Windows le SSD n’a pas pu tenir la charge thermique. Si certains n’hésiteraient pas à critiquer la demande en stockage de la dernière version, ce genre de soucis pourrait parvenir facilement à l’installation d’un jeu lourd ou d’une application basée sur des milliers de petits fichiers. Il aura fallu ventiler le SSD pour lui permettre d’être suffisamment efficace pour continuer sa mise à jour, mais la température élevée va tout de même corrompre vos données facilement à cause de l’Acceleration Factor qui pour les 11°C de différence divise par ~4 la durée de vie des cellules NAND ! Bref les licornes c’est bien, mais un SSD qui joue les discothèques chauffe trop l’ambiance et finit dans les choux au final.