Si le Mac Pro peut se démonter rapidement, ce n’est pas pour autant qu’il se répare aisément

Alors que nous nous réjouissions de la capacité du Mac Pro à être réparé (bien que les vis torques soient utilisées à profusion, la conception reste intuitive et le démontage aisément réalisable), force est de constater que notre enthousiasme a été douché.

 

En effet, s’il est mécaniquement possible de modifier les pièces, il faut également passer par un appairage à l’Apple T2, la puce de sécurité responsable de l’authenticité des composants. Cela pourrait, certes, être une très bonne initiative pour les professionnels, si l’opération était faisable soi-même — par exemple via un mot de passe initialisé à la première installation… mais ce n’est pas le cas.

 

Et sinon, il existe (heureusement) des solutions pour mettre à jour soi-même — plus ou moins facilement…

 

Non, il faut un outil de diagnostic certifié par la pomme et manipulé par un revendeur formé (c’est-à-dire quelqu’un de rare et ayant payé une petite fortune la firme pour cette formation… lorsqu’elle est proposée !), ce qui signifie un passage en caisse. Et gare à vous si la pièce n’est pas authentique, c’est-à-dire que Apple n’a pas posé sa patte dessus au préalable.

 

Rajoutez à cela quelques autres détails habituels comme l’absence de revue technique globale, la nécessité de repasser au magasin si vous souhaitez simplement installer des roulettes, et une gestion des données personnelles pas vraiment très respectueuse. Rien de bien nouveau pour la firme, ce qui laisse peu d’espoir quant à une évolution de la stratégie d’entreprise à long terme…(Source : iFixit)