intel comet lake h lineup t

Comet Lake-H s’offre également des premiers benchs

Alors que les derniers processeurs mobiles de la 10ème génération ont été rendus officiels ce matin, voilà qu’un premier test — probablement bien moins officiel — est d’ores et déjà disponible chez notre confrère NotebookCheck. Si les modèles incriminés ne sont pas nommés (rendant ainsi l’affaire, déjà quasiment dans le domaine des rumeurs, d’autant moins utile… Passons, la raison étant très probablement lié au NDA), ils ont par contre le gros avantage du nombre : pas moins de cinq modèles en tout, avec deux i9-10880H, deux i7-10750H et un i5-10300H.

 

intel comet lake h lineup t

Pour rappel, voici les caractéristiques techniques

 

Les benchmarks font par contre pâle figure : avec du Cinebench R20 et R15 mêlé au très classique PassMark et3DMark, nous ne pouvons pas dire que l’exhaustivité soit au rendez-vous — mais n’est-ce pas le charme de ces avant-premières ? En face, nous retrouvons du Renoir d’AMD, avec un R9 4900HS et un R7 4800H, mais également quelques exemplaires de la neuvième génération bleue, avec l’ancien flagship, l’i9-9880H, son homologue en version K et un i7-9750H qui devait passer par là.

 

Maintenant que la fine équipe est présentée, place aux résultats. Ces derniers confirment ce que les spécifications présentaient : du côté des performances monocoeur, le gain en fréquence se fait effectivement sentir et permet de grappiller quelques pourcents par rapport aux modèles précédents. En outre, les scores crient l’inutilité de l’i9, qui performe exactement comme les i7 dans les tâches non multithreadées. Pour les autres, inutile de lutter : AMD a pris les devants, souvent de peu, mais dans une majorité de tests. Sans relever de température et courbes de fréquences, difficile toutefois d’établir un jugement définitif… Mais ces maigres avancées ne sont pas à prendre d’un bon œil comparées aux progrès démentiels des rouges dans le secteur : pour la prochaine génération, Intel devra réellement innover s’il veut rester dans la course.

 

intel love 14nm cdh

 

De plus, ces résultats sont à prendre avec toutes les pincettes de rigueur… voir plus que d’habitude : en effet, 14 nm et haute fréquence obligeant, nous soupçonnons des performances fortement liées à la capacité de dissipation thermique des modèles. Or, puisqu’aujourd’hui corrobore également avec la sortie des RTX SUPER sur PC portable, il est fort probable que les exemplaires de tests soient des ordinateurs fortement typés gamer équipés de ces nouveaux GPU. Or, qui dit machine de guerre dit refroidissement de taille, ce qui montre les CPU sous leur meilleur jour – d’autant plus sur Cinebench, où la carte graphique n’est pas du tout utilisée.