intel refresh bob swan blancheur cdh maga

Les USA aussi rêvent toujours d’une autosuffisance en semiconducteur !

Derrière la Chine et sa course effrénée vers sa propre indépendance technologique, les États-Unis aussi discutent depuis des années à propos d’une relocalisation de la production, notamment celles autour d’infrastructures considérées comme étant critiques, semiconducteurs en tête ! En effet, sans ces derniers, aucun système moderne ne peut fonctionner et cela implique bien évidemment aussi les outils de défense militaire du pays. Dans le sillage de la crise du coronarivus et de son impact sur l’approvisionnement mondial, les choses pourraient profiter d’un nouvel élan et petit à petit commencer à se concrétiser.

 

En bon patriote américain, Intel serait apparemment plus que ravis d’endosser la tâche de production pour son gouvernement, selon le Wall Street Journal. Quoi de plus normal, quand on sait que les contrats de ce type sont traditionnellement très juteux et synonymes de sécurité pour de nombreuses années ? Outre l’appât du gain, Intel serait probablement tout de même l’entreprise la mieux placée pour répondre à cette demande, grâce aux usines de production déjà installées aux USA – mais les tests et l’emballage sont encore largement exportés en Asie. En tout cas, Bob Swan, dans un esprit très MAGA, aurait écrit au Departement of Defense qu’Intel serait parfaitement en mesure de construite et gérer une fonderie commerciale américaine, izy !

 

intel refresh bob swan blancheur cdh maga

En route pour le refresh du rêve américain !

 

Cela dit, Intel ne serait pas seul, il faut quand même prétendre faire jouer un peu la concurrence, non ? Interrogé à ce sujet, TSMC n’aurait pas encore donné de suite aux offres du gouvernement américain, le taiwanais n’étant apparemment pas très enthousiaste à l’idée d’une usine de production américaine et a fait savoir lors de l’annonce de ses résultats qu’un tel projet ne pourrait en aucun cas se concrétiser à court terme, tout d’abord pour des motifs évidents des couts particulièrement élevés d’un démarrage à zéro, mais aussi d’approvisionnement des matières premières. En bon diplomate, TSMC a tout de même répondu qu’il est toujours à la recherche de nouvelles opportunités. Samsung aussi aurait été interrogé sur l’affaire, sans plus de détail. On rappelle que le coréen possède déjà une fonderie à Austin, au Texas.

 

Bref, à l’image de la Chine qui veut réduire à zéro (ou presque) sa dépendance sur l’extérieur, les USA rêvent depuis des années aussi de la chose, maintenant plus que jamais, mais c’est évidemment plus facile d’en parler qu’à mettre en œuvre… (Source : Wall Street Journal, via Computerbase)

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x