asus ape

APE, la réponse d’ASUS au BFB d’ASRock

Si vous vous souvenez de nos tests sur Coffee Lake Refresh et Comet Lake, vous avez pu vous rendre compte qu’Intel était très large avec les constructeurs de cartes mères au sujet des trois données PL1, PL2 et TAU. Pour ceux qui pionçaient, Intel a établi des profils de fréquence/consommation sur leurs CPU, initialement pour offrir de la patate sur les puces portables pendant un court instant sur tous les coeurs pour une durée déterminée, avec un retour à des fréquences basses pour ne pas piocher de trop dans l’autonomie. Les constructeurs de cartes mères ont détourné ces mécanismes PL1, PL2 et TAU pour les puces desktop, alors que même la notion d’autonomie n’existe plus.

 

ASRock avait introduit avec le Z390 le BFB, Base Frequency Boost, exporté par la suite sur les chipsets de la série 400 y compris le Z490. En gros, sur des CPU non-K exclusivement, le PL1 est atteint et maintenu via une probable augmentation de fréquence du Baseclock, le bus de fonctionnement du CPU. Il y a fort à parier qu’un 10400 soit plus docile qu’un 10900, les deux ayant un même TDP à 65W, le premier logiquement devrait avoir une marge de manoeuvre intrinsèque plus élevée du fait de ses caractéristiques plus faibles.

 

On peut également imaginer qu’ASRock a trouvé une parade pour bloquer en amont la fréquence des autres bus comme le PCIe, sensibles à ces montées – on se souvient que Sandy montait très très peu à cause de cela. ASUS a un dispositif identique, nommé ASUS Performance Enhancer. Ça lâche les watts à 125 W maxi sur toutes les cartes B460 et H470 de la liste, et même 210 W pour la B460-F Strix. Ce mécanisme ne fonctionne que pour les processeurs non-K selon ASUS, les autres se suffisent à eux-mêmes !

 

asus ape

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x