intel

Pour un ancien ingénieur d’Intel, la transition des Mac vers ARM a été précipitée par des soucis dès Skylake

Vous l’avez probablement déjà appris, Apple a décidé de jeter l’éponge bleue par terre et stopper progressivement d’intégrer des processeurs Intel dans ses MacBook, au profit de solutions maison sous ISA ARM. Bien que la rumeur ait couru depuis 2010 environ — date des premières puces modifiées de la firme, les Apple A4 — le changement aura lieu fin 2020.

 

Certains peuvent alors se demander pourquoi avoir choisi exactement cette période, alors que la concurrence des Surface vient tout juste de passer sur le nœud 10 nm, donné comme moins énergivore. Or, les déclarations de François Piednoël, un ancien ingénieur côté Intel, viennent éclairer d’un jour nouveau cette décision.

 

En effet, les premiers exemplaires fournis à la pomme auraient souffert d’une qualité pour le moins aléatoire, engendrant bon nombre de bugs au sein de la microarchitecture et de remontées vers les bleus, presque autant en nombre que celles des équipes de mise au point internes. Une histoire qui ne manque pas de rappeler le rodéo houleux que compose le 10 nm…

 

intel

 

Bien que la possibilité de faire soi-même ses CPU soit toujours restée dans les cartons d’Apple, ces problèmes de fiabilité auraient placé le dernier clou dans le cercueil de l’x86 pour OS X… Et il allait de soi que, quitte à changer de processeur, autant ne pas rester dépendant d’une entreprise externe lorsque l’expertise nécessaire est disponible en interne : exit donc AMD. Cependant, nous ne pouvons nier que la barre de la compatibilité est bien plus haute pour une transition vers ARM. Pour une fois que la maison de feu Steve Jobs prend un risque sur le plan technique, mieux vaudrait ne pas se louper. Affaire à suivre ! (Source : PCGamer)

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x