Cooler Master NovaTouch TKL en test sur le Comptoir du Hardware

Nous avons essayé • Cooler Master NovaTouch TKL

Nippon Tech

 

Cette fois c’est un clavier un peu atypique qui nous a été envoyé en test. Le NovaTouch TKL de Cooler Master a trois particularités. Premièrement, il est au format TKL et fera le bonheur de ceux d’entre vous qui cherchent à avoir le minimum vital pour y gagner de l’espace. Deuxièmement, il est équipé de switchs japonais Topre qui prennent le meilleur des mondes des claviers à membrane et mécaniques. Et enfin, terzo troicio, le billet nécessaire pour se le payer est bien plus bas que ce qui est demandé pour un clavier Topre dans l’offre actuelle. Trois bonnes raisons de lui offrir un mois en notre compagnie pour vous dire ce que l’on en pense tout haut et qu’on va dire tout haut aussi.

 

Cooler Master NovaTouch TKL en test sur le Comptoir du Hardware

 

L’ultime expérience de dactylographie

 

La promo qui annonce du lourd

Cooler Master annonce la couleur d’entrée de jeu sur le site dédié au clavier et sa page produit, les switchs conçus en collaboration avec Topre sont ce que vous pourrez trouver de mieux, d’après eux, niveau expérience de dactylographie. Vous savez la dactylographie ou « art de taper à la machine ». Toute leur communication se base principalement là dessus, des switchs hybrides ne nécessitant que 45g pour être activés, avec une frappe précise et des O-ring livrés avec pour qu’ils ferment leur gueule éviter un bruit de frappe trop marqué. A part ça, ils parlent tout de même un peu du format TKL (sans pavé numérique donc), de son câble amovible, du N-Key Rollover, de la technologie anti-ghosting et des quelques combos de touches qui lui permettront de faire plus qu’un clavier standard pour se hisser dans la catégorie des claviers de jeu. Pas de logiciel à présenter ou de lien à donner pour le télécharger, il n’en a pas besoin ce qui ajoute à ses qualités une grande simplicité de mise en service.

 

Maintenant que l’on sait de quoi on parle, voyons ensemble ce qu’on trouve à en dire après un mois d’utilisation.

 

TKL à poils roux

 

Le Novatouch TKL après 1 mois sous nos doigts

 

L’engin fait 359 x 138 x 39mm pour 895g et avec son câble détachable, il pourra faire un parfait petit compagnon de LAN ou satisfaire le joueur à petit bureau. Pas de langue de bois sur le format TKL donc, très pratique pour qui veut placer son clavier bien en face de lui, ni sur les switchs Topre. Pour ceux qui ne connaissent pas, ces switchs hybrides – comme les présente Cooler Master – sont un mix entre du mécanique et des membranes. Tant de choses dans un tout petit trucCa demande 45g pour être activé (comme un CherryMX Red) et est donné pour faire moins de bruit et avoir un retour plus souple qu’un switch mécanique. Bref du tout bénef et Cooler Master s’est arrangé avec Topre, boite Nippone anciennement appelée Tokyo Press Kogyo, pour qu’il soit possible d’adapter des touches pour switchs CherryMX sur les modèles qu’embarque le NovaTouch TKL (le détail de la chose dans l’image de droite). Pour le reste de ses fonctionnalités c’est assez standard. La présence d’une touche Fn permettra de régler la vitesse de répétition des touches, d’accéder à quelques options multimédias et de réglage du volume, ainsi que de bloquer les touches Windows (Alt + Tab, Ctrl + Alt + Suppr, Alt + F4 et les touches Windows). Si vous êtes un fan de rétroéclairage, ce n’est pas qu’on a oublié d’en parler, il n’y en a tout simplement pas sur ce modèle.

 

De doooooooooos

 

Une fois retourné, on trouve quatre petits pieds, qui font leur boulot sans faire de zèle, et deux pieds rétractables pour permettre de l’incliner. L’ensemble tient en place, mais un gamer un peu trop passionné pourra facilement le faire valser sur toute la surface de son bureau. En image, ça donne ça une fois incliné :

 

Des petits piiiieeeeeeeeeeds !

 

C’est l’heure de la petite vidéo, oui petite, car l’intérêt est surtout d’entendre la différence de bruit de frappe avec et sans O-ring. Pour le reste des images suffisent et on ne vous cache pas que c’est frustrant tant on aime mettre du coeur dans nos petites interviews de matos.