test review logitech g900 chaos spectrum

Nous avons essayé • Logitech G900 Chaos Spectrum


Nananananananana

 

Logitech G900 Chaos SpectrumLogitech G900 Chaos Spectrum

Miroir, mon beau miroir (cliquer pour agrandir)

 

Le design de la G900 Chaos Spectrum est assez réussi, avec un avant aux lignes multiples et jouant la carte de l’agressivité quand son popotin reste tout en rondeur, ce qui permet une prise en main confortable en griffe comme à plat. Ses caractéristiques, 130 x 67 x 40mm pour 107 grammes, la placent dans la moyenne des souris gamer, avec un poids plutôt léger donc, surtout pour un modèle utilisable sans fil. Notez qu’il n’y a aucune solution prévue pour modifier son poids, contrairement à sa petite soeur la G502 Proteus Spectrum testée ici.

 

Tout comme ses courbes, sa finition est multiple. La paume et les clics ont un revêtement plastique doux, noir mat, avec quelques rainures au plus bas de ces pièces pour augmenter le grip latéral avec la main. Les deux parties avant gauche et droite offrent une couleur grise franche et légèrement brillante. La partie haute centrale, qui héberge la molette et trois boutons, est noire et très brillante (avec un effet miroir assez prononcé), quand les boutons latéraux offrent un très léger reflet. Ajoutez au mélange les deux zones rétroéclairées en RGB et vous comprendrez que la G900 ne joue pas vraiment dans la sobriété, sans pour autant piquer les yeux.

 

Logitech G900 Chaos SpectrumLogitech G900 Chaos Spectrum

Dis-moi quel est mon plus beau profil (on clique !)

 

Cette souris offre jusqu’à 13 boutons. Les deux clics de base, celui de la molette ainsi que les deux latéraux, trois petits boutons juste derrière elle, deux boutons de pouce amovibles par côté et un bouton sous la souris… oui dessous. Mais entre les deux amovibles qui ne correspondent pas à votre main, ceux qui modifient la valeur des DPI, le déverrouillage de la molette et celui qui se retrouve face à votre support, on n’obtient finalement que 7 boutons utilisables en jeu, en plus de la rotation de molette. Cette dernière est d’ailleurs plutôt agréable, large, avec des crans assez marqués pour être précis quand c’est nécessaire, mais aussi assez légers pour jouer à la roulette russe une fois débrayée. Il en va de même pour les différents boutons qui réagissent sous une pression assez faible et reviennent vite en position pour le clic suivant.

 

Logitech G900 Chaos Spectrum interieurLogitech G900 Chaos Spectrum

Cliquez pour voir la beauté intérieure de près

 

>Au dos de la bestiole, on trouve cinq patins en teflon (tout à fait efficaces), le capteur, l’interrupteur de mise en marche et le fameux bouton improbable. Le démontage révèle les différents composants, à savoir une batterie de 750 mAh, un système de rétroéclairage et les deux PCB de la base sur lesquelles on retrouve un processeur ARM STM32L100 R8T6 et le capteur PMW3366. Chaque élément est bien conçu et solidement fixé. La batterie n’est pas amovible sans outil, mais le démontage pour la changer est plutôt facile et le modèle est un standard.

 

Logitech G900 Chaos SpectrumLogitech G900 Chaos Spectrum

Le diable est dans les détails, alors cliquez !

 

Le câble USB amovible peut être connecté à l’avant de la souris, via une prise classique micro-USB équipée de deux ailettes en plastiques censées améliorer le maintien en place lors des mouvements (il est néanmoins possible de se connecter avec un câble standard n’ayant pas ces ailettes, ne serait-ce que pour charger le mulot). Lorsque ce câble est fixé, la souris se comporte comme n’importe quel modèle filaire USB et ses fonctions principales sont accessibles sans driver. Au niveau de la qualité, on a droit un câble de 2 mètres tressé qui semble à la fois résistant et souple. Tout au plus peut-on lui reprocher de marquer un peu lorsqu’on le plie fortement.

 

>La liaison sans fil est assurée par un système propriétaire (classique chez Logitech) et propre à ce modèle. Il faut donc absolument utiliser le petit adaptateur en USB fourni par le constructeur. Celui-ci peut d’ailleurs être connecté au bout du câble de liaison filaire, via un petit adaptateur MicroUSB/USB, fourni lui aussi. Ainsi, vous pouvez placer votre récepteur soit directement sur le port USB de votre ordinateur, soit à peut prêt où vous voulez sur votre bureau (la distance préconisée entre récepteur et souris étant de 60 cm). Bref, ce système est simple d’utilisation et devrait s’adapter à toutes les situations, que vous soyez sur PC fixe ou portable, plutôt sans fil ou plutôt filaire. La durée de vie de la batterie est annoncée pour une trentaine d’heures et s’est avérée résister près de quarante lorsqu’on n’utilise pas les fonctions RGB.