test presler vs skylake

Experience • Première et dernière génération de Pentium double coeur !


• Kesskondi ?

Cette fois, on sait qu’il y a encore peu de ces machines en fonctionnement, mais il y en a encore puisque nous en avons une chez CDH ! (celle qui sert à Florian pour mater du pr0n). Il faut remonter à 2006 pour voir Presler prendre le leadership des performances chez Intel. A cette époque, le Celeron était en bas pour la populace peu argentée, le bobo pouvait se payer un Pentium 4, le nanti pouvait débourser pour un Presler Pentium D, et l’attentif attendait Core. Ainsi était établie la hiérarchie Pentium de 2006. par la suite, faute de la mauvaise image renvoyée par les Pentium 4 Prescott et dérivés (dont Presler) liée à une chaleur de folie, Intel décida de renvoyer la marque Pentium à des processeurs presque entrée de gamme, le haut étant désormais occupé par les Core i3, i5, i7. Du coup, socialement ce ne sont pas les mêmes cibles de Pentium que vous soyez en 2006 ou en 2016, aujourd’hui ce sont des dual-core sans hyperthreading et qui occupent l’entrée de gamme, Celeron ayant dévié principalement vers l’embarqué et la mobilité bien qu’ils existent en version desktop.

 

vieux monsieur

Tu crois qu’il est foutu le vieux ? Attends de voir minot !

 

Puisque nous savons que le Pentium double coeur a dérivé depuis le très haut de gamme vers l’entrée de gamme, intéressons-nous à nos puces. Le Pentium D945 a donc deux coeurs sans hyperthreading, 4Mo de cache L2, un bus principal à 200 MHz, une fréquence maximale de 3400 MHz, et le tout gravé en 65nm sous 95W de TDP. Son arrière arrière arrière p’tit fillot est le Pentium G4400. Ce dernier est gravé en 14nm, a également deux coeurs sans hyperthreading, 3Mo de cache L3, un baseclock à 100, une fréquence maximale de 3300 MHz, et un TDP (enfin PDT maintenant acronyme de Pomme De Terre ) de 54W.

 

Pour départager nos deux processeurs séparés par tant d’années, nous avons intégré un Core i7 6700 pour voir ce qu’apporte en termes de performances une puce moderne avec ses 4 coeurs et ses 8 threads, sans omettre les instructions dont il dispose et qui sont absentes du D945 par exemple. Ce dernier s’était arrêté au SSE3, donc c’est dire s’il lui en manque ! Pour rappel, ce 6700 va de 3.4 à 4 GHz, a 8Mo de cache L3 et son PDT est à 65W.

 

Pour ce qui est des tests, nous avons fait des benchmarks synthétiques de rendu et de calcul brut, de l’encodage vidéo, de la compression de données, et puis nous avons pris notre bite et notre couteau GTX 960 4Go et nous avons relevé les données de 8 jeux en Full HD. Du fait des performances particulières en jeu, nous avons décidé de passer tous les titres en détail bas, voire très bas pour certains. Les logiciels comme ceux d’Adobe par exemple sont réglés pour désactiver l’accélération par le GPU, et bénéficient de la même quantité de mémoire disponible fixée arbitrairement à 6Go. Au total ce sont de nombreux graphiques qui vous attendent pour mesurer 10 ans d’écart.

 

pny geforce gtx960 4gb xlr8 oc gigabyte z170x gaming 5 g.skill trident z be quiet dark power pro 10

Une plateforme toute de rouge (oui, ça va plus vite) vêtue !

 

• Et kesskonkass’ ?

LGA775 :
• Pentium D945
• Asus P5E3 pro
• G.Skill 4x2Go DDR3 1333 cas 8
LGA1151 :
• i7 6700K @ 4 GHz bloqué
• Gigabyte Z170X Gaming 5
• Kingston Hyper X 2x4Go DDR4 2133
Commun :
PNY GTX 960 XLR8 OC 4Go
SSD Samsung 840 Pro 128Go pour l’OS
SSD Crucial M500 960Go pour les jeux  et les applications
Windows 10 64-bit 10586.318
Geforce 364.96 Hotfix
MSi Afterburner 4.2.0 (bloquage des turbos)