intel broadwell ep review test

Test • Intel Core i7-6950X


• Moyennes

Même si le résultat de chaque test est plus important qu’une moyenne globale, cette dernière permet toutefois en un coup d’oeil d’établir une hiérarchie. Ainsi, le Core i7-6950X propose sur notre panel de test un gain moyen de 17%, grevé par des gains limités dans nombre de tâches. En contrepartie, les tâches les plus lourdes (rendu, encodage, compilation) sont la plupart du temps fortement parallélisables et profitent alors de gains substantiels liés à l’ajout de 2 coeurs. Reste qu’avec un tarif en hausse de 72% par rapport à un CPU (5960X) déjà peu attrayant au niveau du rapport performance/prix, le Core i7-6950X manque d’arguments en sa faveur avec un gain moyen si limité.

 

moyenne

 

• Consommation électrique

Passons à un point important lors de l’achat d’un CPU, sa consommation. On mesure ici la consommation totale à la prise sous forte sollicitation CPU (carte graphique et SSD aux repos par contre), la carte mère a donc son importance et comme elles sont toutes différentes, elles peuvent influer significativement sur le résultat. Nous mesurons les processeurs avec leur partie IGP « désactivée » pour ceux en disposant.

 

Centrale nucléaire

 

Au repos, le nouveau-né d’Intel se comporte de manière similaire à son grand-frère, par contre en charge sous cinebench, il engloutit près de 30W supplémentaires. Cette valeur reste bien sûr à confirmer du fait d’une performance lors de ces tâches particulièrement élevées, n’excluant pas un comportement incorrect des fréquences ou de la limite de consomation autorisées par notre carte mère avec le bios utilisé (3101).

 

conso t

Cliquer pour afficher la consommation des plateformes en jeu

 

Tentons d’établir un indice d’efficacité énergétique en croisant consommation et performance : l’indice varie fortement selon l’application retenue, nous en avons donc choisi une tirant parti de l’augmentation du nombre de coeurs à savoir Cinebench. A ce petit jeu, Broadwelll-E, disposant de 2 coeurs supplémentaires au sein de son die et d’un process de gravure plus fin que son devancier, obtient ici un nouveau record !

 

Nous avons également ajouté (en cliquant sur le graphique) la consommation des configurations en jeu à titre simplement informatif. Notez bien que les différences entre plateformes ne dépendent dans ces conditions plus uniquement du processeur, mais aussi grandement de la carte graphique puisque plus cette dernière sera limitée par le processeur, plus elle sera sous-exploitée et donc économe accentuant mécaniquement les écarts. En conséquence il ne faut donc pas prendre ces valeurs comme étant des différences de consommation entre CPU, mais bien des plateformes complètes ! Cette fois, Broadwell-E et Haswell-E sont difficiles à différencier.

 

efficacite t

Cliquer pour afficher l’efficacité énergétique des plateformes en jeu

 

 

• Overclocking

Terminons notre tour d’horizon du Core i7-6950X par l’overclocking. Depuis Sandy Bridge, chaque nouvelle génération s’est montrée plus décevante que la précédente à ce niveau, avec une marge en baisse systématique. Le pompon revient aux Broadwell, difficiles à stabiliser au-delà de 4.2 GHz et avec un contrôleur mémoire rétif aux fréquences élevées, la présence d’eDRAM via un die séparé sur le packaging y étant surement pour beaucoup, Skylake constituant un léger mieux. Quid de Broadwell-E ? Eh bien sans casser trois pattes à un canard, on revient à un niveau correct puisqu’il était nécessaire de pousser assez haut la tension pour stabiliser 4 GHz sur Haswell-E alors que 1.2V sont suffisant pour atteindre 4.1 GHz avec le décacore et même 4.2 GHz même si cette fréquence n’était pas stable au bout de quelques minutes sous OCCT. Faute de temps, nous n’avons pas pu tester plus longuement ce point.

 

overclocking Core i7-6950X

L’OC via les ratio

 

Voilà, vous savez tout ou presque sur ce nouveau Core i7-6950X, il est temps de passer au verdict en page suivante :